La vie et rien d'autre

Tome 2


Je ne suis pas fonctionnaire : je suis documentaliste !

Je ne suis pas fonctionnaire : je suis documentaliste ! J’ai un statut de chargée d’études documentaires et je fais partie de la fonction publique. Et alors ? J’ai la sécurité de l’emploi ? Oui. Et alors ? Est-ce que cela m’empêche de bien travailler, d’avoir une conscience professionnelle, d’avoir le goût du service public et de travailler souvent 10 heures par jour ? Non.

682421_blog

Et je ne crois pas que craindre de se faire licencier vous force à mieux travailler. Pour donner le meilleur de soi, un esprit serein, c’est bien aussi.
Et je ne travaillle pas de manière satisfaisante tous les jours ? Bien sûr. Qui le fait ? J’ai mes moments d’échecs et d’apprentissage. Comme tout le monde. Alors cessons de stigmatiser les fonctionnaires, et d’en parler comme un grand tout, mou et anonyme.

Et dénonçons franchement ceux qui sous couvert d’introduire une vraie gestion des ressources humaines dans la fonction publique, cherchent à faire des économies, sans savoir même de qui ils parlent. Aucun état de l’existant n’a été fait, aucune enquête sur les besoins non plus.
Et lisez le récent rapport Gestion des finances publiques et des ressources humaines du député UMP (eh oui !) Gilles Carrez. C’est réconfortant de se dire que même dans l’autre camp, il y en a qui sont lucides.

Deux fois par semaine, les tonnes de déchets que ma famille produit, sont vidées par les éboueurs, mon mari a été sauvé par des pompiers et la SAMU, le même mari qui se décarcasse en lycée professionnel pour donner une chance à des élèves rejetés du système général, nos passeports nous ont été délivrés par une charmante secrétaire territoriale, mon fils aîné s’est fait faire un bilan médical sportif par un médecin hospitalier, une de mes meilleures amies est attachée territoriale et se bat pour coordonner les actions sociales à Nantes, et mon facteur vient de me livrer un cadeau d’anniversaire.
J’ai pour membres de ma famille et amis des serviteurs de l’Etat et des collectivités territoriales qui font un boulot exceptionnel, avec foi et conscience.
Et pourtant pour certains, les moyens en personnel sont insuffisants, les formations indigentes, le salaire pauvre et la reconnaissance muette.

Oui, il faut des réformes, et les syndicats de fonctionnaires l’admettent aussi, mais pas à la hache. La justification de notre travail ne doit pas se réduire à un slogan : un fonctionnaire sur deux, ça suffit !

Creative Commons License