La vie et rien d'autre

Tome 2


4 Commentaires

Lieux célestes (Provence 4)

Salagon, Sénanque, Ganagobie…. Deux prieurés et une abbaye ; les deux dernières toujours vivantes mais de si peu de moines que cela tient du miracle peut-être, de la volonté sûrement.

Salagon, c’est renouer avec la connaissance des plantes d’hier et d’aujourd’hui, tout en gardant les yeux rivés sur l’ample campagne environnante assis sur les marches de l’église à l’oculus. C’est essayer de marcher droit dans sa cour caladée tout en levant le nez pour admirer – simplicité, élégance – le logis prieural. Epure et agreste mélés.

Sénanque, c’est entrer de plain-pied dans la rigueur cistercienne, faite de travail, de lecture divine et d’offices liturgiques, et d’égréner les heures du monde, du jour et de la nuit : vigiles, laudes ou matines, prime, tierce, sexte, none, vêpres, complies. C’est envisager le dépouillement et l’abstraction, le labeur et la méditation, dans des murs clos que borde la Sénancole.

Ganagobie, c’est accepter d’être pris par la magie des lieux. C’est marcher jusqu’aux marches de l’église et avoir trouvé le pélerinage bien court quand le plateau vous happe de sa solitude et de sa majesté. C’est admirer les fresques uniques et se contenter d’entrevoir le cloître. C’est longer le cimetière des moines, et rendre grâce de leur vie, jusqu’à la croix qui là-bas vous appelle et vous offre la vallée de la Durance.

PROVENCE_20103

Publicités


2 Commentaires

Provence 4 : lieux célestes

Salagon, Sénanque, Ganagobie…. Deux prieurés et une abbaye ; les deux dernières toujours vivantes mais de si peu de moines que cela tient du miracle peut-être, de la volonté sûrement.

Salagon, c’est renouer avec la connaissance des plantes d’hier et d’aujourd’hui, tout en gardant les yeux rivés sur l’ample campagne environnante assis sur les marches de l’église à l’oculus. C’est essayer de marcher droit dans sa cour caladée tout en levant le nez pour admirer – simplicité, élégance – le logis prieural. Epure et agreste mélés.

Sénanque, c’est entrer de plain-pied dans la rigueur cistercienne, faite de travail, de lecture divine et d’offices liturgiques, et d’égréner les heures du monde, du jour et de la nuit : vigiles, laudes ou matines, prime, tierce, sexte, none, vêpres, complies. C’est envisager le dépouillement et l’abstraction, le labeur et la méditation, dans des murs clos que borde la Sénancole.

Ganagobie, c’est accepter d’être pris par la magie des lieux. C’est marcher jusqu’aux marches de l’église et avoir trouvé le pélerinage bien court quand le plateau vous happe de sa solitude et de sa majesté. C’est admirer les fresques uniques et se contenter d’entrevoir le cloître. C’est longer le cimetière des moines, et rendre grâce de leur vie, jusqu’à la croix qui là-bas vous appelle et vous offre la vallée de la Durance.

PROVENCE_20103

Crédit : la plupart des photos sont de M. Today.

Creative Commons License