La vie et rien d'autre

Tome 2


6 Commentaires

Juillet : vers la pêche miraculeuse

 

Des pommes, des poires, des prunes, des coings et du raisin en devenir…. Des tomates aussi. Moins de plaisir pour les yeux, presque toutes les fleurs sont fanées, mais plein de promesses gustatives pour notre retour de vacances…

 

Nous avons mis Pif, Paf et Pof dans le bac de récupération des eaux pluviales : j’ai écrit à ma petite soeur de faire attention quand elle puisera l’eau pour arroser les tomates… !

 

Notre voisin bienveillant les arrosera aussi, les mangera et nous gardera le surplus bien au frais au cellier pour attendre notre retour. Nous avons cependant manger nos premières tomates-cerises goûteuses et nos premières noires de Crimée, douces et parfumées. Plus tard, les coeurs de boeuf en salade ou farcies feront notre délice !

 

Récemment mis à jour-1 Photos faites par M. Today alors que l’orage menaçait et que je craignais de ne pas être rentrée à temps.
Cliquez si vous voulez voir de plus près !

 

Le temps hésite, doux et humide, tantôt brouillasseux, tantôt ensoleillé, mais pas très franc du soleil, hélas… Là où nous allons, l’océan est trop loin pour que le rythme des marées influence le temps, et j’espère bien pouvoir me chauffer la peau et faire le plein de lumière : SOLEIL !

 

 Creative Commons License

Publicités


7 Commentaires

Mai : verger in progress…

Plus rien, plus rien en fleurs… Tous est rouillé, fané, disparu : les floraisons auront été précoces cette année, il me semble.

Nous grignotons nos dernières fraises et framboises. Une récolte unique de pommes de terre  » sauvages » a fini sautée, pour notre plus grand régal : on n’imagine même pas que nos fameuses tubercules puissent avoir ce goût-

Maintenant, il ne reste plus qu’à surveiller les arbres fruitiers qui peinent sous la sécheresse : espèrons que les pluies annoncées pour la semaine prochaine seront bien réelles….

 2011_06_03_jardin

Sous serre artisanale, Noires de Crimée, Coeurs de boeuf, Cornues et Andines poussent à l’abri des regards indiscrets et des frimas nocturnes…

Je surveille d’un oeil amoureux les coings qui finiront gelés en pots. Et admirative, je regarde les poires grossir et rosir et les abricots Bergeron se tâcheter et virer à l’orange : j’ai déjà le goût de leur chair sucrée, fondante et parfumée… à manger sur la tête d’un pouilleux comme disait ma maman…

J’aime la promesse de nos premières pommes, un petit goût de péché annoncé !

Juste après il y aura les prunes, dont les mirabelles d’Alma, qui a bien reçu son cadeau : à aller voir chez elle le 25 mai.

Et après lui, il faudra boire le vin jusqu’à la lie si notre unique pied de vigne remplit ses grappes d’un bon jus. Mais non, je plaisante ! Point de viticulture chez nous, juste le plaisir de croquer dans un grain de raisin, et alors ce sera déjà l’automne annoncé…

 Mais en attendant, c’est le printemps, presque l’été !

 

  Creative Commons License