La vie et rien d'autre

Tome 2


14 Commentaires

Dieux au plus haut des cieux

Souvent, je ne sais pas trop si Dieu existe… J’ai été baptisée catholiquement, j’ai fait ma première communion pour suivre le mouvement du catéchisme que je suivais, j’ai oublié d’informer mes parents de la programmation de ma communion solennelle, il faut dire que j’avais loupé l’information, j’ai donc dû inventer que je n’étais pas prête à la catéchiste. Je me souviens qu’on nous a proposé de nous confesser : j’étais très gênée de ne rien vouloir dire, mes péchés ne regardent que moi.

Je suivais le mouvement.

Encore aujourd’hui, il me plaît parfois de le faire : j’aurais pu aller à la messe de minuit des Capucins. Au lieu de cela, comme je suis du style encyclopédique, j’ai préféré réviser mes ordres. D’abord, les moines réguliers enclos dans leurs murs, Bénédictins noirs, Cisterciens blancs, Clarisses brunes, Carmélites marrons, Ursulines et Visitandines noires, puis les frères mendiants qui vont sans rien, Dominicains blancs, Franciscains bruns, Carmes marrons et Augustins noirs.

Je me souviens avec précision du plaisir mêlé de curiosité à déambuler dans l’ancien prieuré de Salagon et dans la belle abbaye de Ganagobie, tous deux bénédictins et dans le prieuré cistercien de Sénanque.

J’aime les chants liturgiques, le sentiment fugace d’être protégée, de me sentir dans une communauté. Certains textes sont très beaux, et quelques homélies suffisamment ancrées dans notre époque pour avoir un sens. J’ai aimé lire le cantique des cantiques au mariage d’amis et des textes plus graves à d’autres occasions. J’aime la prière à Marie, le bénédicité, les jardins de curé et la place de mon église dont résonnent les cloches  : baptêmes, communions, mariages, obsèques et messes dominicales…

Parfois croire me paraît secondaire, si cela rend les gens plus sensibles et meilleurs.

Et puis je lis le journal et toutes les actions extrémistes au nom de dieux et les persécutions religieuses me sautent au visage, et je renonce à installer la crèche de l’enfant Jésus au pied du sapin. Mariée civilement, enfants non  baptisés, et je peux pourtant considérer comme sacrées, moi aussi, une naissance, une union ou la mort.

Je suis une laïque, agnostique et sceptique tour à tour. J’ai visité le temple de ma ville, et suis passée devant sa synagogue. Un jour prochain, j’irai visiter la nouvelle mosquée de mon quartier et si je savais comment faire je militerai pour les cours de religions au collège et au lycée. Tous ces dieux ont cent noms mais leurs croyants cherchent tous, il me semble, la même chose : garder un sens à la Vie.


4 Commentaires

Lieux célestes (Provence 4)

Salagon, Sénanque, Ganagobie…. Deux prieurés et une abbaye ; les deux dernières toujours vivantes mais de si peu de moines que cela tient du miracle peut-être, de la volonté sûrement.

Salagon, c’est renouer avec la connaissance des plantes d’hier et d’aujourd’hui, tout en gardant les yeux rivés sur l’ample campagne environnante assis sur les marches de l’église à l’oculus. C’est essayer de marcher droit dans sa cour caladée tout en levant le nez pour admirer – simplicité, élégance – le logis prieural. Epure et agreste mélés.

Sénanque, c’est entrer de plain-pied dans la rigueur cistercienne, faite de travail, de lecture divine et d’offices liturgiques, et d’égréner les heures du monde, du jour et de la nuit : vigiles, laudes ou matines, prime, tierce, sexte, none, vêpres, complies. C’est envisager le dépouillement et l’abstraction, le labeur et la méditation, dans des murs clos que borde la Sénancole.

Ganagobie, c’est accepter d’être pris par la magie des lieux. C’est marcher jusqu’aux marches de l’église et avoir trouvé le pélerinage bien court quand le plateau vous happe de sa solitude et de sa majesté. C’est admirer les fresques uniques et se contenter d’entrevoir le cloître. C’est longer le cimetière des moines, et rendre grâce de leur vie, jusqu’à la croix qui là-bas vous appelle et vous offre la vallée de la Durance.

PROVENCE_20103