La vie et rien d'autre

Tome 2


10 Commentaires

Juin : en attendant l’été

Bien qu’en pleine grande intendance scrogneugneu  (j’ai encore des leçons de zen à prendre chez Agathe),  j’ai pris le temps de descendre au jardin pour étendre le linge et faire le point de ce mois de juin écoulé. 

Le jardin vit sur ses acquis : encore des boutons à éclore pour le cognassier du Japon et l’hortensia aura bientôt toute son envergure, le raisin est plein de promesse, le laurier rose tient sa couleur effectivement et les moineaux attendent que je sois partie pour prendre leur bain… Boston se chauffe la moëlle sur la pierre chaude de l’allée et contemple comme moi le gazon jaune et sec malgré les pluies de juin.

 

Récemment mis à jour

Le jardinier en titre étant absent, c’est moi qui ai arrosé les tomates, et attendre un tuyau à la main que l’eau s’écoule ne me passionne pas outre mesure, mais m’a laissé le temps de repenser, dans un sourire, à la prière de Karel Capek dans L’année du jardinier :   » Mon Dieu, faites qu’il pleuve tous les jours, à peu près de minuit à trois heures du matin, mais que ce soit une pluie lente et tiède, afin que le terre puisse bien s’imbiber; qu’il ne pleuve pas sur la lavande et toutes les autres plantes qui Vous sont connues, dans Votre infinie bonté, comme des plantes amies de la sécheresse; si Vous voulez, je Vous écrirai la liste sur un bout de papier; et que le soleil brille toute la journée, mais pas partout (par exemple pas sur les rhododendrons), et qu’il ne soit pas trop ardent; qu’il y ait beaucoup de rosée et peu de vent, une quantité raisonnable de vers de terre, pas de pucerons, ni de limaces, pas de moisissures, et que, une fois par semaine, il pleuve du purin étendu d’eau et de la fiente de pigeon. Amen. « 

 

 Creative Commons License

 

Publicités