La vie et rien d'autre

Tome 2


6 Commentaires

Feuilles d’automne

Septembre, octobre, novembre… une rentrée en demi-teinte et un peu de lassitude, et mon rythme de lecture fut un peu poussif, d’autant plus que mon fils de 13 ans m’avait incité à lire de la Fantasy : 

Au guet de Terry Pratchett :  » La retraite des dragons. « 
J’ai dû m’y prendre plusieurs fois… mais j’ai vaincu ! C’est une écriture sautillante, un monde totalement parallèle, des personnages fantasques et imprévisibles qui ne réfléchissent pas du tout comme moi ! Bref tout à fait difficile pour ma pesanteur d’adulte rationnel… Et pourtant, j’ai fini par aimer et admirer qu’un auteur puisse inventer comme cela. Merci mon fils.

L’envie de Sophie Fontanel :  » Pendant une longue période, qu’au fond je n’ai à coeur ni de situer dans le temps ni d’estimer ici en nombre d’années, j’ai vécu dans peut-être la pire insubordination de notre époque, qui est l’absence de vie sexuelle. « 
J’avais beaucoup aimé Grandir. L’envie n’a pas fait écho en moi : sujet trop effleuré, pudeur des mots ou difficulté à saisir l’excès de sexualité ou son absence : peut-être eut-il fallu parler plus cru, plus direct sans tomber dans la vulgarité.

Le magasin des suicides de Jean Teulé,  » C’est un petit magasin où n’entre jamais un rayon rose et gai. « 
J’aime les livres de Jean Teulé, ils sont des exercices de style ; on sent le plaisir qu’il a à s’emparer d’une histoire, à tricoter un scénario, à jongler avec les mots. Un livre simple et rafraichissant. 

 

images

L’art d’avoir toujours raison, Arthur Schopenhauer,  » La dialectique éristique est l’art de disputer, et ce de telle sorte que l’on ait toujours raison, donc per fas et nefas (c’est-à-dire par tous les moyens possibles). « 
Je n’ai pas tout compris, j’ai dû relire des phrases, mais il y a quelques bons trucs pour clouer le bec aux malotrus et qu’ils y perdent leur latin !

A l’enfant que je n’aurai pas, Linda Lê.  » Toi, l’enfant que je n’aurai pas, je me demande quels traits auraient été les tiens si je t’avais donné le jour : anguleux comme ceux de mon père ou flous comme ceux de cet homme, S., que j’ai aimé cinq ans durant, avec une étonnante constance, et qui me disait avoir la fibre paternelle ? « 
Un livre douloureux, honnête (terriblement) et dérangeant.

Alabama Moon, Watt Key,  » Juste avant de mourir, Pap m’a assuré qu’il ne m’arriverait rien tant que je ne dépendrais de personne. « 
On the road, version ado. Encore une commande de mon fils cadet que cette lecture avait scotché. Une histoire peu commune, bien écrite, menée rondement.

Au pays des ombres, Gilbert Gallerne :  » Vincent Brémont s’écarta du mur contre lequel il s’était adossé pour fumer une dernière cigarette. « 
Un polar à la française, très classique, très bon scénario, trop prévisible peut-être ?

A qui la faute ? de Sophie Tolstoï en réponse à la ballade à Kreutzer de léon Tolstoï : « C’était une merveilleuse journée, claire, radieuse.  » 
L’histoire de Léon est un monument de misogynie : un décolleté un peu plongeant, une tournure de taille bien prise, et ces pauvres hommes sont perdus ; ce n’est pas leur faute, les femmes ont appris à être séduisantes… Heureusement, sa femme Sophie, qui a lu sans doute Schopenhauer (voir plus haut) lui cloue le bec, en écrivant à quel point nous sommes subtiles, dévouées et lucides… Léon est pathétique, Sophie clairvoyante et délicate : un régal russe.

Et je n’en relirai aucun : ils m’ont tous intéressé, ému, mais point trop de vibrations cet automne. Peut-être au coeur de l’hiver…

Publicités