La vie et rien d'autre

Tome 2


15 Commentaires

Les mains dans les cheveux

J’aime me laver les cheveux, j’aime aussi me faire laver les cheveux chez le coiffeur, surtout quand il y a un petit massage du cuir chevelu à la clef… D’ailleurs, à l’origine, shampooing ou shampoing (Moi, je le préfère avec deux o) vient de l’anglais shampoo qui veut dire masser, à moins que cela ne soit ici de l’hindi, champô qui veut dire à la fois masser et presser… Car j’aime aussi me faire tordre et sécher les cheveux sous une serviette qui sent bon le blanc…

De 20 à 40 ans, j’ai rarement été chez le coiffeur : cela m’impatientait et j’étais toujours déprimée de voir ma tête pendant et après l’opération… Puis mes cheveux blancs sont arrivés que j’ai consciencieusement arrachés au début, jusqu’à être submergée par le nombre, et ai alors décidé de me faire teindre. Je vous rassure chez moi point de folie : j’ai du répéter deux ou trois fois à ma coiffeuse que je voulais MA MÊME COULEUR D’ORIGINE. La première fois, c’était un peu foncé, mais aucun dégât à déplorer… Evidemment, quand on a goûté au « plus-de-cheveux-blancs », ensuite on a un peu de mal à les voir reprendre le dessus.

C’est pourquoi, demain soir je vais devoir consacrer un heure et demie à cette opération de colorisation… Heureusement, j’ai du retard dans mes lectures de Elle, Gala et Paris Match, et pendant que je contemplerai les glamour chevelures de Julia Roberts et Jennifer Aniston, j’oublierai de me regarder dans la glace !

Mais j’en reviens à mon sujet principal. J’ai le phantasme du shampooing à la Robert Redford. Vous savez celui qu’il fait à Karen-Blixen-Meryl-Streep. 

Je suis tout à fait fascinée par les mains de Denys Finch Hatton et en oublie qu’il raconte Le dit du vieux marin… Et Karen Blixen semble apprécier…

Je suis tout à fait fascinée et je sussure shampooing à mon oreille, mais en anglais le mot est encore plus doux, duveteux, mousseux comme un bon shampoooo… Et il m’arrive encore de champouigner avec délice et vivacité les cheveux épais de mon fils cadet, en lui frottant les oreilles au passage, au propre et parfois au figuré…

  Creative Commons License

 


13 Commentaires

Le verbe et le galimatias

Quand nous discutons avec Agathe des énoncés de devoirs, je lui réponds galimatias.

Parfois, mon fils cadet s’emmêle les pinceaux de la syntaxe et c’est un joyeux charabia qui sort de sa bouche.

Je lis une scène de souper dans I captured the castle, et je m’amuse et m’enchante de lire :  » Cela m’a semblé brusquement inouï que des gens se retrouvent tout spécialement pour manger ensemble, parce que la nourriture entre dans leur bouche et les paroles en sortent. »

Puis je vais sur Facebook et je vois ma filleule en grand désarroi, je m’enquiers des raisons de son trouble et elle me répond : tkt auj mds à cause devoir capillotracté. bzx.

Dans mon dernier billet, comme je vous souhaitais une bonne année, assortie de plein de voeux au choix dont celui-ci : … ne pas oublier qu’on est ni ce qu’on ressent, ni ce qu’on dit, mais ce qu’on fait…, Isabelle me répond « … c’est vrai en général, mais on devrait être ce que l’on dit, pour moi la parole est indissociable de l’être… je pense que ce n’est pas un hasard si le verbe s’est fait chair !! C’est bien parce que cela devrait être en concordance… « . Et je me dis que si un blog, en plus d’être agréable, distrayant et chaleureux, est enrichissant, c’est bien parce que parfois, vous me forcez à réfléchir, et j’ai répondu à Isabelle:  » Pour moi la parole est un obstacle, soit je me censure, soit j’en dis trop, mais je ne sais pas me “ poser “ en paroles, j’ai peur, je crois de me trahir ou de blesser. L’écriture au contraire me permet de tourner trois fois ma langue dans ma bouche… Ce que je veux dire aussi, c’est que, par rapport à mes enfants qui m’observent, on ne peut pas dire des choses et ne pas les faire… Mais peut-être qu’on atteint la sagesse quand il y a adéquation naturelle et parfaite entre la parole et l’être…. J’y travaille !  »

C’est pourquoi, je suis bien plus à l’aise à vous écrire, et si un jour vous me téléphonez, vous n’aurez droit qu’ à une pâle copie de moi-même…

Ce qui est drôle, c’est que le galimatias qui est un  » discours, écrit confus, embrouillé, inintelligible  » a des origines tout à fait incertaines et confuses à l’instar du charabia, du baragouin, du jargon et du sabir.

Le charabia est aussi un style incompréhensible et incorrect ainsi que le baragouin, mais le jargon et le sabir sont des langages en eux-mêmes bien qu’hybrides et fait d’éléments disparates et d’emprunts. Environ 95 % des mots de la langue française sont d’origine latine, et le français a accueilli et accueille encore de nombreux mots étrangers.

Peut-être aurez-vous du plaisir à reLire Zazie dans le métro, à découvrir la signification du  message de ma filleule, à reDire Voyelles, à deviner ce qui se cache dans les fautes d’orthographe d’un enfant…

Mais même les paroles inabouties, farfelues, abstraites ont leur beauté puisqu’elles émanent du désir de rentrer en contact avec… une autre personne.

Creative Commons License


19 Commentaires

Un Moleskine sinon rien

Savez-vous que je suis originaire de Tours et qu’ainsi je me sens tout à fait légitime pour vous parler des carnets Moleskine, dont le dernier fabricant jusqu’à la mort de son propriétaire en 1986 y résidait. Et que dix ans plus tard un éditeur milanais a eu l’heureuse idée de le ressusciter en créant le nom Moleskine ?

Savez-vous que moleskine vient de mole skin, peau de taupe, parce que toile de coton recouverte d’un enduit et d’un vernis souple qui imite le cuir ?

Savez-vous que le Moleskine a un petit élastique qui garde vos créations bien à l’abri, une petite pochette à soufflet en guise de réserve, un signet pour signaler la page et la mention de première page  » In case of loss return to…  » avec proposition de récompense à la clef ?

moleskine

Savez-vous qu’il existe un Moleskine pour toutes vos envies : créer avec les carnets passions (recettes, bien-être…), le carnet storyboard, le carnet de musique, le bloc-notes ou l’album japonais ; dessiner sur un carnet aux pages blanches ou peindre dans le carnet de croquis, le carnet aquarelle ou le déjà cité album japonais ; explorer et pouvoir partager vos guides home made de voyages avec les citynotebooks ; se rappeler et s’organiser avec les agendas et les carnets passions, encore ; et surtout écrire, sur le bloc-notes ou sur un carnet blanc, ou sur un aux lignes quadrillées, ou mon préféré, celui ligné.

Savez-vous que mon premier Moleskine me fut offert par M. Today et qu’il fut mon premier espace privé d’écriture, so chic, et qui donne cette impression de faire partie d’un club d’initiés en vous autorisant à prononcer ce nom aux premières syllabes douces, pour finir avec les dernières très décidées ? …

Et vous sur quoi déposez-vous vos pensées ?

Creative Commons License