La vie et rien d'autre

Tome 2


1 commentaire

Berlin

Berlin, redevenue capitale d’Allemagne il y a, somme toute, pas très longtemps. Une ville qui n’éblouit pas comme une ville italienne ou ne charme pas pas comme Paris, mais une ville qui vous attache petit à petit.

Il y a bien sûr l’histoire douloureuse du nazisme, celle des Juifs d’Allemagne et du communisme; on réalise mieux que dans les livres scolaires ce qu’a pu être une ville coupée en deux politiquement et géographiquement.

Il y a les bâtiments classiques du XIXème siècle échappés des bombardements, ceux du stalinisme, austères et les merveilleuses réalisations d’immeubles contemporains qui, près de la porte de Brandebourg ou du Reichstag donnent des ensembles époustouflants.

Il y a l’île des musées avec Néfertiti, les impressionnistes français et un tout artistique concentré dans un seul quartier,  les quartiers undergrounds charmants et un peu boboïsés, la très belle artère Unter den Linden qui mène de la porte de Brandebourg au Schlossbrücke sous les tilleuls, l’avenue Karl-Marx de 7 kilomètres et ses imposants immeubles d’apparatchiks où les chars de l’armée est-allemande défilaient tous les ans, et puis le mur dont plusieurs portions peuvent se voir à différents endroits, dont certains recouverts par les oeuvres des artistes du Street Art.

Berlin 20131

Cliquez pour agrandir

Vincent et moi avons goûté au plaisir d’un déjeuner au bord de la Spree, car c’était le printemps à Berlin en cette première semaine des vacances françaises, nous avons eu, lors de nos petits-déjeuners notre comptant de Vollkornbrot qui nous permettait de patienter jusqu’aux déjeuners avec une Currywurst (saucisse au curry agrémentée de sauce tomate) ou de Bulleten, les fameuses boulettes berlinoises ou un Döner Kebab des nombreux restaurants turcs de la ville.

Cette ville a une histoire, dramatique, très contemporaine, européenne, qui l’ancre singulièrement dans notre monde actuel.

Publicités


8 Commentaires

Un grand

On nous parle souvent d’éducation parentale, mais on oublie souvent de nous dire que nos enfants aussi nous obligent à évoluer, à changer, à nous questionner, à nous remettre en question, à grandir !

Leur amour sans jugement nous regarde, sans critique et sans complaisance, juste avec la vision pure, celle que n’ont pas encore abîmée la peur de déplaire, les préjugés ou la politesse.

Leur existence nous fait connaître l’extrême amour et l’extrême peur aussi, car l’une ne va pas sans l’autre.

Ils sont notre miroir et nous renvoient notre image souvent en positif parfois en négatif, et c’est tant mieux : il n’est jamais trop tard pour apprendre !

Aujourd’hui Quentin a 18 ans.

Il est attentionné, sérieux, brun aux yeux bleus, orgueilleux et matheux, gourmand, dix-neuf centimètres plus grand que le sommet de mon crane, sociable et secret.

Je suis si ébahie de l’homme qu’il devient, si heureuse de le connaître et je lui souhaite toute l’aventure du monde.

 

DSC_0091