La vie et rien d'autre

Tome 2

A tous les temps et tous les modes

16 Commentaires

Voyez-vous l’avenir, c’est aujourd’hui. S’exercer à être dans le moment présent est un tour de force pour beaucoup d’entre nous, je crois. Il y a les personnes qui comme moi se laissent à penser qu’avant c’était mieux, ce qui est juste une vue de l’esprit, et ceux qui se projettent tellement dans l’avenir qu’ils programment leur retraite à 35 ans.

Et quand je dis avant, je parle des siècles passés, disons que pour moi, l’intérêt réside surtout dans le XIXème et le début du XXème siècles. J’ai la nostalgie costumée. D’ailleurs quand l’univers m’ennuie, je relis Jane Austen et je suis capable même en épluchant des pommes de terre de me soustraire totalement du monde contemporain. Je pourrais aussi me contenter de regretter le paradis perdu de l’enfance, mais à vrai dire, je n’y pense jamais sans un certain malaise. Non pas que j’y ai malheureuse d’ailleurs, mais je crois que revivre cette époque de flou, d’insouciance voire d’inconscience ne me tente plus.

Imaginer vivre dans le futur est impossible pour moi : je n’ai aucune envie de me représenter plus âgée, je manque d’imagination, et je suis tout à fait hermétique aux charmes de la science-fiction et de l’anticipation…

Dans le même ordre d’idée, je me demandais récemment si avoir un agenda, un Iphone ou tout autre outil qui découpe votre journée en une succession de tranches était une bonne chose. J’ai un même et seul agenda depuis des années, dont je renouvelle les pages tous les ans, et dont les mentions sont en noir pour le professionnel et en bleu pour le perso. Je dis souvent que mon agenda est ma seconde tête, mais je me demande si cette remarque, à priori anodine, ne revêt pas un caractère de gravité… ?

 

blog 001

 

Par exemple, le dimanche soir, je le consulte pour me remémorer à quoi m’attendre dans les jours suivants, ce qui est souvent source de stress (mammographie, révision de contrôle d’anglais pour le cadet, caprice professionnel à gérer…) ou d’ennui anticipé (réunion pour enfiler des perles, seconde réunion pour ne rien dire, rendez-vous chez le coiffeur…). A-ton vraiment besoin de se remémorer à l’avance que l’on va vivre… ça ?

Je sais bien qu’une psychanalyse ferait apparaître qu’avoir une relation aussi serrée avec son emploi du temps est un signe avancé de psychorigidité couplé à un manque évident de confiance en moi… Il m’est même arrivé de noter après coup un rendez-vous imprévu qui avait eu lieu ! Retour vers le futur, c’est moi !

Je crois que, malgré tout, l’esprit réussit à s’échapper. Et que noter les évènements incontournables me permet aussi de rêvasser ensuite en toute quiétude et tout à loisir. Ah voilà le mot est lâché, loisir : un concept que j’apprécie et recherche de plus en plus en vieillissant…

J’envie les personnes qui ne projettent rien et gèrent leur quotidien au jour le jour : c’est une manière de fonctionner totalement anarchique pour moi, que dis-je le summum de la fantaisie ! Mais comme ce doit être reposant…

 

 Et vous, quel est votre fonctionnement temporel ?  

En ce qui me concerne, je crois bien qu’il n’y a guère qu’en vacances où j’arrive à être dans l’instant et toute à mon aise… Vivement !

 

Creative Commons License

Publicités

16 réflexions sur “A tous les temps et tous les modes