La vie et rien d'autre

Tome 2

A tous les temps et tous les modes

16 Commentaires

Voyez-vous l’avenir, c’est aujourd’hui. S’exercer à être dans le moment présent est un tour de force pour beaucoup d’entre nous, je crois. Il y a les personnes qui comme moi se laissent à penser qu’avant c’était mieux, ce qui est juste une vue de l’esprit, et ceux qui se projettent tellement dans l’avenir qu’ils programment leur retraite à 35 ans.

Et quand je dis avant, je parle des siècles passés, disons que pour moi, l’intérêt réside surtout dans le XIXème et le début du XXème siècles. J’ai la nostalgie costumée. D’ailleurs quand l’univers m’ennuie, je relis Jane Austen et je suis capable même en épluchant des pommes de terre de me soustraire totalement du monde contemporain. Je pourrais aussi me contenter de regretter le paradis perdu de l’enfance, mais à vrai dire, je n’y pense jamais sans un certain malaise. Non pas que j’y ai malheureuse d’ailleurs, mais je crois que revivre cette époque de flou, d’insouciance voire d’inconscience ne me tente plus.

Imaginer vivre dans le futur est impossible pour moi : je n’ai aucune envie de me représenter plus âgée, je manque d’imagination, et je suis tout à fait hermétique aux charmes de la science-fiction et de l’anticipation…

Dans le même ordre d’idée, je me demandais récemment si avoir un agenda, un Iphone ou tout autre outil qui découpe votre journée en une succession de tranches était une bonne chose. J’ai un même et seul agenda depuis des années, dont je renouvelle les pages tous les ans, et dont les mentions sont en noir pour le professionnel et en bleu pour le perso. Je dis souvent que mon agenda est ma seconde tête, mais je me demande si cette remarque, à priori anodine, ne revêt pas un caractère de gravité… ?

 

blog 001

 

Par exemple, le dimanche soir, je le consulte pour me remémorer à quoi m’attendre dans les jours suivants, ce qui est souvent source de stress (mammographie, révision de contrôle d’anglais pour le cadet, caprice professionnel à gérer…) ou d’ennui anticipé (réunion pour enfiler des perles, seconde réunion pour ne rien dire, rendez-vous chez le coiffeur…). A-ton vraiment besoin de se remémorer à l’avance que l’on va vivre… ça ?

Je sais bien qu’une psychanalyse ferait apparaître qu’avoir une relation aussi serrée avec son emploi du temps est un signe avancé de psychorigidité couplé à un manque évident de confiance en moi… Il m’est même arrivé de noter après coup un rendez-vous imprévu qui avait eu lieu ! Retour vers le futur, c’est moi !

Je crois que, malgré tout, l’esprit réussit à s’échapper. Et que noter les évènements incontournables me permet aussi de rêvasser ensuite en toute quiétude et tout à loisir. Ah voilà le mot est lâché, loisir : un concept que j’apprécie et recherche de plus en plus en vieillissant…

J’envie les personnes qui ne projettent rien et gèrent leur quotidien au jour le jour : c’est une manière de fonctionner totalement anarchique pour moi, que dis-je le summum de la fantaisie ! Mais comme ce doit être reposant…

 

 Et vous, quel est votre fonctionnement temporel ?  

En ce qui me concerne, je crois bien qu’il n’y a guère qu’en vacances où j’arrive à être dans l’instant et toute à mon aise… Vivement !

 

Creative Commons License

16 réflexions sur “A tous les temps et tous les modes

  1. J’aime ce genre de billet et c’est toujours avec plaisir que je viens lire chez toi ! Pour ma part, je me sens de plus en plus désorganisée ! Pfff…. (Mais je viens de finir « Les chaussures italiennes » et j’ai beaucoup aimé…. Je veux bien d’autres conseils pour l’été !

  2. j’ai un agenda professionnel ; je n’y note rien de personnel car il est lu par la secretaire et que je ne veux pas meler vie pro et vie personnelle . le personnel est ds la tête et curieusement, je n’oublie jamais rien

  3. Intéressant ce post. Les commentaires tout autant. Le rapport au temps, à la planification, à l’oubli…( Je crois que les profs de philo pourraient s’en inspirer pour le prochain sujet du bac.)
    J’ai commencé à avoir un agenda familial (sur le frigo) quand j’ai eu ma deuxième fille et qu’il fallait gérer l’emploi du temps familial. Avant, j’avais eu des agendas mais je ne m’en servais finalement ni pour écrire, ni pour consulter. La naissance de mon troisième puis de ma quatrième a nécessité que je garde l’agenda sur moi. Mais rien du commerce ne me plaisait. Donc, j’ai commencé à faire moi-même mes agendas. Depuis, chaque année, je réfléchis à mon nouvel agenda : contenu, format, organisation, couleur, reliure, fermeture… Et je le fabrique. Il a beaucoup évolué au cours des années en fonction des nécessités. Les enfants ayant presque tous pris leur indépendance, mon agenda rétrécit maintenant. Mais une constante : il a toujours une partie plus ou moins importante de feuilles vierges pour y noter toutes mes idées de créations ou bricolage, mes commandes de carnets, des recettes de cuisine, les compte-rendus de réunion, de stage, les bonnes adresses, etc… J’y
    dessine, colle des images découpées dans les magazines, les tickets de ciné ou d’expo etc. C’est un vrai journal de vie mais pas un journal intime. Je me calque sur l’année scolaire (métier oblige) et en les relisant, je me rends compte que je ne m’en sers pas pendant la période des vacances d’été : ni de l’agenda, ni des pages vierges. C’est le temps de la transition, j’hésite à écrire dans l’ancien ou dans le nouveau et finalement, j’y écris peu à cette période-là.
    Je les relis périodiquement, et y retrouve des infos, des idées, des souvenirs. C’est bien agréable.

  4. « projettent rien, gèrent leur quotidien au jour le jour » …. rhmmmm … c’est moi, ça !!! depuis que je ne travaille plus … et c’est un peu catastrophique … tu te doutes bien !!! RDV gynéco passé aux oubliettes, RDV ortho. en trop, linge en attente depuis des lustres, papiers en retard … non ! rien ne va plus ! c’est pas joli-joli tout ça !!! Va falloir remettre de l’ordre et vite !!! hihihihih !

  5. L’organisation me rassure. Dans un agenda ou dans ma tête, les choses ou les événements à leur place me laissent le temps de me consacrer pleinement au moment présent.
    Merci pour les visites dans mon Art de la Curiosité !
    A bientôt, Dom

  6. Agenda de papier, essentiel. J’y déverse le mental, c’est ma secrétaire. Pour le travail, les rendez-vous, les rappels, les « à faire » ajoutés avec post-it, les journées d’école de Fillotte (biblio, édu, pédago…). Plein d’annexes et de références. Il m’accompagne partout, toujours, sauf en vacances. J’aime écrire « vacances » et faire une grande flèche par là, tourner des pages, des pages et puis dessiner la fin de la flèche. Et je n’inscrit rien dans ces jours-là. Espace libre, plus d’appendice de papier !

  7. Ah oui et, comme ogresse, pas de montre non plus, il y a assez d’horloges un peu partout sur mon chemin pour que je ne sois jamais en retard

  8. Je n’ai pas d’agenda, juste le familial qui sert aux autres, j’ai tout dans ma tête et ça me stresse tout autant que toi (anh mammographie que je dois faire aussi, misère)à tel point que je procrastine les coups de téléphone pour prendre les rendez-vous mais pas tous, heureusement
    Là où je ne te rejoins pas c’est sur ta période préférée, moi c’est plus avant ou alors les années 60

  9. Moi aussi il me faut un agenda que j’ai toujours avec moi ainsi que des carnets et des cahiers où je note, je note, je note. Parfois je ne sais plus où j’ai noté telle chose…
    Merci pour ton petit mot chez moi, oui mon conte de fée s’est réalisé et c’était magique!!!

  10. Ah les agendas, j’aime ça ! Depuis l’école, depuis que j’aime être organisée, depuis que j’organise la vie de ma maison. Un vrai miroir de ma vie, privée et professionnelle mélangées. Je l’ouvre souvent … peut-être pour me prouver que je « maîtrise le temps » … Ah la maîtrise du temps, une autre histoire …

  11. longtemps preoccupe par mon agenda depuis mon conge parental je m’en suis soustraite mais par contre j’en ai un branche dans le cerveau pour ne rein oublier pour mes 3 loulous et mon mon epoux !!!
    mais comme pour toi rein ne vaut jane Austen pour m’evader
    bises

  12. J’ai un agenda, que dire, plusieurs en fait, que je consulte assez rarement au final. Une fois la chose inscrite, on dirait qu’elle s’imprime… Mais avec l’age, je me suis retrouvée parfois dans de droles de situations! Et puis avec trois enfants, et un mari qui n’a aucun sens du timing, j’ai bien été obligée de m’y mettre. Donc j’essaie d’être plus rationnelle… mais je suis certaine que je pourrais vivre sans (d’ailleurs, les we jamais d’agendas, une regle ici!)

  13. Ah très délicat pour moi tout ça…! Mon rapport au temps, à l’âge, à l’organisation, au stress, à l’enfance, l’avenir forcément incertain, ton histoire d’agenda remue beaucoup de choses en effet ! Je constate que je fonctionne plutôt comme toi. Et je garde tous mes agendas… pour mémoire ! Parce que je n’en ai pas et que ça me rend malade !

  14. Je note les choses importantes dans mon agenda ; parfois je dois regarder et parfois non ; découvrir qu’il n’y a rien d’écrit est une de mes plus grandes joies… Donc, je note et ensuite, je profite du jour. J’ai aussi l’impression que mon agenda est mon cerveau annexe et en ce moment, j’ai perdu mon agenda… Un comm aussi décousu que tout le reste

  15. je n’ai ni montre ni agenda… je ne supporte pas cette idée que ma vie est programmée!

  16. Si ça peut t’aider tu as trouvé plus psychorigide que toi! Un calendrier mensuel rempli sur le frigo, avec des couleurs et tout et tout, un agenda dans le sac à main, et je suis la spécialiste des listes! En même temps c’est avec le temps que je m’y suis mise car avec trois enfants cela devient vite ingérable autrement. Et je suis obligée de reconnaître que sinon j’oublie tout tout tout! Je planifie même mes repas sur la semaine, heu bref je me fais peur moi même en fait! à bientôt