La vie et rien d'autre

Tome 2


20 Commentaires

Mars : enfin !

J’aime le rose fuchsia de mon cognassier du Japon et le blanc si pur des cerisiers en fleurs, les muscaris ont étalé leur couleur dans l’herbe tout comme les camélias sur leur branche. Les tulipes violines dressent, indifférentes à la pluie, leur corolle unique. Quant aux orangers du Mexique, ils attendent leur heure…

R_cemment_mis___jour

 

Je me repais de ma fleur préférée, la pivoine, sensuelle, voluptueuse, froufroutante tous pétales dehors… Une vraie ode à la féminité !

001

Et dans mon jardin subsiste un mystère : je ne sais pas quel est cet arbuste qui a fleuri au début du mois de mars et qui maintenant se fane sans m’avoir livré son nom malgré mes recherches. Il fait environ 2 m 50 et se plaît à l’abri d’un mur et, dans l’ombre constante sous les frondaisons du mimosa. Son feuillage est léger, clair et ses petites fleurs au blanc immaculé sont ravissantes et, une fois ouvertes, offrent au regard leur pistil vert…

Un clic pour l’admirer de plus près…
011

 

Alors voilà à celle ou celui qui trouvera l’identité de mon bel inconnu, j’offrirai mon kit de bonheur au jardin… et ma reconnaissance printanière !

 

Creative Commons License

Publicités


18 Commentaires

Un petit caillou

Plus on acquiert de l’expérience professionnelle, plus on est confronté à sa propre impuissance face à certaines situations. Il y a plein de choses qu’on ne peut pas changer et j’entends de plus en plus autour de moi, des propos emplis de désillusions tels que  » ça ne sert à rien « ,  » ce n’est pas nous qui décidons… « , etc.

Et moi je suis encore une grande gamine, qui n’a pas encore envie de renoncer à ses illusions, ce qui ne m’empêche pas d’être très lucide. Mais tout simplement, je n’aime pas baisser les bras, et surtout je déteste qu’on m’impose des choses et qu’on me donne des ordres. En bref, je n’aime pas obéir. Si bien que même pour des demandes anodines, j’aime qu’on m’explique et qu’on y mette les formes !

Je crois que quand on a décidé d’abandonner, qu’on laisse le soin à d’autres de se battre pour nous, c’est un peu le début de la fin ! Il n’est pas nécessaire d’avoir de grandes causes à défendre pour apporter sa pierre à un édifice. Je crois même qu’il est plus facile de se donner de modestes buts plutôt que d’ambitieux desseins !                                                                                                                                         

Un exemple me vient à l’esprit tandis que je vous écris. Est-il bien raisonnable, par exemple, d’attendre des actions d’envergure de la part des politiciens en matière de lutte contre la pollution ? Moi, je n’y crois plus. Je pense que c’est à nous de : faire notre propre compost, trier nos déchets, utiliser le plus possible les transports en commun et son vélo, manger locavore et bio, se tenir au courant de ce qui va à l’encontre de l’environnement, réparer ou donner avant d’acheter et jeter, apprendre à vos enfants à éteindre les lumières et autres témoins lumineux…

4718553_blog

Une goutte dans la mer, certes, mais on dit que les petites rivières font les grands fleuves… Trop de cynisme pourrait nous faire croire que nous sommes privés de notre pouvoir d’action. Et trop d’âge pourrait nous faire oublier que nous travaillons aussi pour le futur…

Et plutôt que sur sa capacité à agir, il faut se concentrer sur nos moyens de réussir !

 

   Creative Commons License   


9 Commentaires

A ma sauce…

Longtemps, j’ai fait des sauces froides simples, la plupart du temps des variations autour de la vinaigrette…

Et puis, je suis tombée amoureuse des noms, comme souvent chez moi, et c’est ainsi que la sauce hollandaise, la sauce mousseline et la mayonnaise, qui sont soeurs, ont commencé à avoir mes faveurs…

Alors voilà, si la sauce hollandaise pour quatre personnes, c’est un oeuf, 1 cuillère à soupe de moutarde forte, 1 dl 1/2 d’huile de maïs et 3 cuillères à soupe de vinaigre de vin, la mousseline, c’est la même chose… avec trois cuilllères à soupe de crème fraîche en plus (on peut mettre aussi du lait, mais c’est moins fin)…

Et que vient faire la mayonnaise là-dedans me demanderez-vous ? Et bien la mayonnaise, ce sont les mêmes ingrédients bien que dans des proportions différentes (BEAUCOUP PLUS D’HUILE !) avec un temps de fouettage beaucoup plus long. Quand on a fait la sienne, on se demande longtemps comment on a pu en acheter de la-toute-faite !

 La hollandaise à ma préférence sur les poissons et les légumes vapeur tandis que la mousseline accompagne à merveille les asperges blanches, mises en bocaux par ma grand-mère ; avec un peu d’audace, on peut oser la petite note à l’orange en plus ; et elle peut se servir tiède parfois.
Quant à la mayonnaise, je l’ai aimée en accompagnement de l’aïoli dégusté à Aix-en-Provence l’été dernier, elle est aussi celle qui accompagne ma salade de pommes de terre aux herbes l’été, mais je suis une fille de l’Ouest et ma mayo est la meilleure amie des langoustines fraîchement cuites…

4754163_blog

 

Et vous pour quelle sauce froide vous pourléchez-vous ?

 Creative Commons License