La vie et rien d'autre

Tome 3

La mémoire oubliée

2 Commentaires

A quoi bon se retourner sur cette vieille photographie usée, tant de fois regardée, regardée, qu’elle n’y voyait plus rien.

3207337_blog

Pourtant, les teintes étaient bien conservées, le papier pas même gondolé par la possible humidité et la petite marge blanche immaculée malgré les manipulations répétées, les voyages en sac à main et les fonctions de marque-page. Qu’y avait-il à tirer de cette image : un homme jeune, très brun, très mat, les yeux noirs, le nez effilé, habillé sagement avec un col de chemise pointu comme on en faisait à l’époque. Il est bien face à l’objectif et ne le regarde d’aucune manière particulière : ni souriant, ni triste, pas vraiment absent mais assez là pour faire plaisir à…

Une belle photographie en noir et blanc dans un cadre aux bords-miroir qui trône aussi sur le buffet de sa grand-mère. Et, la jeune femme de retour d’un séjour chez son aïeule se retourne encore sur cette image. Est-ce que plus près de la lumière, elle ne pourrait pas y apercevoir quelque chose de plus dans le regard qu’elle n’aurait pas remarqué auparavant : un souvenir ? Impossible trop petite. Une ressemblance ? Mais les traits s’évanouissent quand on tente de les cerner. Un message ? L’aimait-il ? L’aurait-il aimé ? Une connivence ? Pensait-il à elle quand il fut photographié ?

A quoi bon se retourner sur ce morceau de papier glacé ? Présence virtuelle qui s’échappe quand on essaie de l’attraper : mirage, mystère, disparition. A quoi bon se retourner ? Il y a quelqu’un ? Il n’y a plus rien . Et la jeune femme se dit que ce morceau d’elle-même, elle va le ranger au fond d’un tiroir, au fond de sa mémoire car quelle punition ! Vide, interrogation, remise en question, doute, regrets, fatalité.

Creative Commons License

2 réflexions sur “La mémoire oubliée

  1. J’aime bien ce que tu écris et ce post sur ton père est très émouvant.

  2. le mystère de la photographie… mélange de souvenirs et part d’inconnu.. Barthes a écrit des choses intéressantes à ce sujet, ton billet me fait penser à un passage de la chambre claire où il parle d’une photo de sa mère… que dit une photo sur la personne…? il semblerait qu’il émerge de tout cela une autre réalité…