La vie et rien d'autre

Tome 2

La mémoire oubliée

2 Commentaires

A quoi bon se retourner sur cette vieille photographie usée, tant de fois regardée, regardée, qu’elle n’y voyait plus rien.

3207337_blog

Pourtant, les teintes étaient bien conservées, le papier pas même gondolé par la possible humidité et la petite marge blanche immaculée malgré les manipulations répétées, les voyages en sac à main et les fonctions de marque-page. Qu’y avait-il à tirer de cette image : un homme jeune, très brun, très mat, les yeux noirs, le nez effilé, habillé sagement avec un col de chemise pointu comme on en faisait à l’époque. Il est bien face à l’objectif et ne le regarde d’aucune manière particulière : ni souriant, ni triste, pas vraiment absent mais assez là pour faire plaisir à…

Une belle photographie en noir et blanc dans un cadre aux bords-miroir qui trône aussi sur le buffet de sa grand-mère. Et, la jeune femme de retour d’un séjour chez son aïeule se retourne encore sur cette image. Est-ce que plus près de la lumière, elle ne pourrait pas y apercevoir quelque chose de plus dans le regard qu’elle n’aurait pas remarqué auparavant : un souvenir ? Impossible trop petite. Une ressemblance ? Mais les traits s’évanouissent quand on tente de les cerner. Un message ? L’aimait-il ? L’aurait-il aimé ? Une connivence ? Pensait-il à elle quand il fut photographié ?

A quoi bon se retourner sur ce morceau de papier glacé ? Présence virtuelle qui s’échappe quand on essaie de l’attraper : mirage, mystère, disparition. A quoi bon se retourner ? Il y a quelqu’un ? Il n’y a plus rien . Et la jeune femme se dit que ce morceau d’elle-même, elle va le ranger au fond d’un tiroir, au fond de sa mémoire car quelle punition ! Vide, interrogation, remise en question, doute, regrets, fatalité.

Creative Commons License

Publicités

2 réflexions sur “La mémoire oubliée