La vie et rien d'autre

Tome 3


2 Commentaires

Rentrer dans le tableau

Je pense que la peinture est moins une affaire de goût et de compréhension que d’ émotion. Avant d’aller au Moma, je n’avais aucune opinion sur Van Gogh, et puis je me suis retrouvée face à La nuit étoilée et c’est ainsi qu’il y a des oeuvres qui touchent l’âme sans que l’on sache vraiment pourquoi…

Naturellement, au début de nos apprentissages, il est normal d’intellectualiser tout cela, de manier quelques concepts, d’avoir des clés pour regarder, de connaître les écoles de peinture : cela s’appelle la CULTURE GENERALE, et je ne suis pas prête à renoncer à ce savoir-là. Et c’est après, longtemps après, que la mue peut se faire, quand on a digéré les connaissances et qu’on les a fait siennes. Alors on peut tomber dans le tableau et connaître la félicité.

Il y a des tableaux qui sont pour moi comme des amis, ils me parlent à l’égal de la voix de certains écrivains : ils sont un écho de moi-même, une correspondance. En voici quelques-uns qui ne seront sûrement pas les vôtres :

472_41La nuit étoilée, Vincent van Gogh, 1889. Regardez le ciel par une belle soirée claire et laissez-vous emporter par le mouvement mouvant de l’univers.

CRI_151495

Number 31, Jackson Pollock, 1950. A quoi bon résister, laissez-vous tomber dedans comme Alice dans le terrier du lapin blanc.

henrifantinlatour3

La Lectrice, Henri Fantin-Latour, 1861. Je sais tout d’elle, mais que diable lit-elle ?

791

Sur la plage, Dieppe, Eugène Boudin, 1864. Est-ce que vous entendez le vent et la mer ? 

stael_tempete

Tempête, Nicolas de Staël. Les tempêtes sont bleues à l’intérieur parfois.

visual23

The misses Vickers, John Singer Sargent, 1884. Comment ne pas avoir envie de s’inviter à l’heure du thé ?

Creative Commons License